Essai Clinique pour tester l’efficacité de l’hydroxychloroquine dans le traitement du COVID-19

Description

L’étude est coordonnée par l’Institut hospitalo-universitaire en maladies infectieuses de Marseille.  Deux groupes de patients déclarés positifs au coronavirus sont inscrits dans l’étude quel que soit leurs états cliniques (patients asymptomatiques ou symptomatiques avec des symptômes différents). Les patients sont suivis pendant une période de 14 jours mais les résultats publiés concernent uniquement les 6 premiers jours de suivi.

:Les deux groupes sont

Un groupe de traitement géré directement par le centre à Marseille. Il se compose initialement de 26 patients qui ont reçu un traitement à l’hydroxychloroquine pendant 10 jours (sulfate d’hydroxychloroquine 200 mg 3 fois par jour cad la dose totale 600 mg par jour). Néanmoins 6 patients n’ont pas continué l’étude, le groupe de traitement s’est réduit donc à 20 patients avec une moyenne d’âge de 51 ans. Parmi les 20 patients restants, seuls 6 patients ont aussi reçu de l’azithromycine avec l’hydroxychloroquine. L’azithromycine (un antibiotique) était utilisé pour prévenir la surinfection bactérienne à raison de 500 mg le 1er jour suivi de 250 mg par jour pendant les quatre jours suivants.

Un groupe témoin qui n’a pas reçu le traitement à l’hydroxychloroquine et se composant de16 patients inscrits dans des centres à Marseille, Nice, Avignon et Briançon. L’âge moyenne de ce groupe est 37 ans.

Résultats

D’après les chercheurs, au 6ème jour de suivi, 70% des patients traités à l’hydroxycholoroquine n’étaient plus porteurs du virus (ou virologiquement guéris càd le test PCR sur aspiration naso-pharyngée était négatif). Alors qu’uniquement 12,5% des patients appartenant au groupe témoin ont été virologiquement guéris. Par ailleurs, 100% des patients traités avec l’hydroxychloroquine et l’azithromycine n’étaient plus porteurs du virus en comparaison avec 57,1% des patients traités uniquement par l’hydroxychloroquine.

Les chercheurs ont observé que le traitement avait plus d’effet sur les patients symptomatiques que les patients asymptomatiques. Ces résultats suggèrent que l’association hydroxychloroquine + azithromycine pourrait être efficace pour l’élimination du virus.

Concernant les effets secondaires de cette association, les chercheurs ont mentionné que le risque de prolongation grave de l’intervalle QT n’a pas été établi. La prolongation de l’intervalle QT peut être associée à un risque élevé de troubles du rythme cardiaques (torsades de pointe ou de fibrillation ventriculaire) pouvant entraîner une mort subite.

Remarques

Cette étude reste très débattue par la communauté scientifique :

Le nombre de participants est très faible pour tirer des conclusions sur l’efficacité du traitement hydroxychloroquine ou hydroxycholorquine + azithromycine.

Les effets secondaires de la chloroquine sont inquiétants. Ils comprennent des effets relativement bénins comme des troubles digestifs (nausées, vomissements, diarrhées, crampes d’estomac), ou maux de tête. Les effets plus graves sont la toxicité hématologique et rétinienne (une rétinopathie ou une méthémoglobinémie surviennent surtout lors d’un traitement prolongé) et les troubles du rythme cardiaque. Ces troubles sont les effets les plus redoutables de la chloroquine chez les patients polymédicamentés. En revanche, l’association avec azithromycine peut se révéler dangereuse pour tous les patients, puisqu’elle peut augmenter le risque de troubles du rythme cardiaque.

La chloroquine et l’hydroxychloroquine sont des molécules prometteuses pour le traitement du COVID-19. Ces molécules ont été précédemment décrites comme possédant un pouvoir antiviral et inhibiteur pour plusieurs types de coronavirus (y compris une activité in vitro sur le SRAS-CoV-1).

Pour évaluer leur efficacité sur le COVID-19, des essais cliniques ont été lancés par l’Organisation Mondiale de La Santé (OMS) ainsi que plusieurs pays comme les Etats-Unis.

Sources

Devaux, C. A., Rolain, J. M., Colson, P., & Raoult, D. (2020). New insights on the antiviral effects of chloroquine against coronavirus: what to expect for COVID-19. International Journal of Antimicrobial Agents, 105938.

Gautret, P., Lagier, J. C., Parola, P., Meddeb, L., Mailhe, M., Doudier, B., … & Honoré, S. (2020). Hydroxychloroquine and azithromycin as a treatment of COVID-19: results of an open-label non-randomized clinical trial. International Journal of Antimicrobial Agents, 105949.

Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS). COVID-19 et Chloroquine / hydroxychloroquine. Québec, Qc : INESSS ; 2020. 10 p.

Tisdale, J. E. (2016). Drug-induced QT interval prolongation and torsades de pointes: role of the pharmacist in risk assessment, prevention and management. Canadian Pharmacists Journal/Revue des Pharmaciens du Canada, 149(3), 139-152.

https://eurekasante.vidal.fr/medicaments/vidal-famille/medicament-bnivaq01-NIVAQUINE.html

https://eurekasante.vidal.fr/medicaments/vidal-famille/medicament-jplaqu01-PLAQUENIL.html

https://www.sciencemag.org/news/2020/03/who-launches-global-megatrial-four-most-promising-coronavirus-treatments

https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/hcp/therapeutic-options.html

 

Groupe de recherche scientifique du Parti des Travailleurs